2. Profil de la cohorte: Plateforme de recherche de l’étude mère-enfant sur les composés chimiques de l’environnement (MIREC) (résumé simplifié)

(Cohort profile: the Maternal-Infant Research on Environmental Chemicals Research Platform) Arbuckle TE, Fraser WD, Fisher M, Davis K, Liang CL, Lupien N, Bastien S, Velez MP, Von Dadelszen P, Hemmings DG, Wang J, Helewa M, Taback S, Sermer M, Foster WG, Ross G, Fredette Paul, Smith G, Walker M, Shear R, Dodds L, Ettinger AS, Weber JP, D’Amour M, Legrand M, Kumarathasan P, Vincent R, Luo ZC, Platt RW, Mitchell G, Hidiroglou N, Cockell K, Villeneuve M, Rawn DFK, Dabeka R, Cao XL, Becalski A, Ratnayake N, Bondy G, Jin X, Wang Z, Tittlemier S, Julien P, Avard D, Weiler H, LeBlanc A, Muckle G, Boivin M, Dionne G, Ayotte P, Lanphear BP, Séguin JR, Saint-Amour D, Dewailly E, Monnier P, Koren G, Ouellet E. Paediatric & Perinatal Epidemiology. 2013 Jul;27(4):415-25. doi: 10.1111/ppe.12061

MIREC avait pour principaux objectifs de collecter des données de biosurveillance chez les femmes enceintes canadiennes et leurs nouveau-nés, et d’étudier les effets potentiels de l’exposition prénatale aux substances chimiques présentes dans l’environnement sur la grossesse et la santé du nouveau-né. Dans ce contexte, la biosurveillance se définit comme la mesure d’une substance chimique dans les tissus ou liquides corporels. Ces mesures se font habituellement à partir de sang et d’urine, et parfois dans les cheveux, la salive ou le lait maternel.

Dans l’étude MIREC, dirigée par des chercheurs de Santé Canada et du CHU Sainte-Justine à Montréal, les quelques 2001 femmes enceintes de 10 villes canadiennes ont fourni des échantillons de sang, d’urine, de cheveux et de lait maternel. Après la naissance, des échantillons de sang de cordon et de méconium ont également été collectés.

Un suivi à l’aide de questionnaires a été réalisé au cours de la grossesse et après l’accouchement, recueillant des données sur l’âge, la scolarité, l’emploi, le mode de vie, les antécédents médicaux, les expositions environnementales et l’alimentation. Les échantillons biologiques collectés au 1er trimestre de grossesse ont servi à mesurer plusieurs composés chimiques tels que les métaux (plomb, mercure, cadmium, arsenic) ainsi que des nutriments. La portion non utilisée des échantillons a été entreposée dans la biobanque de l’étude, qui permettra de réaliser d’autres analyses dans le futur. Par ailleurs, des « études de suivi » ont été réalisées sur une portion des enfants de l’étude, afin d’examiner leur développement de la naissance jusqu’à 5 ans. Il s’agit de MIREC-ID (développement à la naissance et à 6 mois), MIREC-CD3 (comportement de l’enfant à 3 ans) et MIREC-CD Plus (biosurveillance et croissance jusqu’à 5 ans, et neurodéveloppement à 3 ans). L’ensemble de tous ces projets ainsi que la biobanque sont regroupés sous l’appellation « Plateforme de recherche MIREC ».

Le recrutement pour l’étude MIREC en tant que telle se détaille comme suit : l’étude a été proposée à 8716 femmes dans des cliniques prénatales; 5108 femmes répondaient aux critères d’admissibilité; 2001 (39 %) d’entre elles ont accepté de participer. Comparées à la moyenne des femmes accouchant au Canada, les participantes fumaient moins (5,9 % vs 10,5 %), étaient plus âgées (âge moyen de 32,2 vs 29,4 ans) et avaient un niveau de scolarité plus élevé (62,3 % vs 35,1 % détenant un diplôme universitaire).

Bien que l’étude MIREC compte moins de participantes que d’autres études internationales, elle possède un ensemble de données parmi les plus complets au monde sur l’exposition prénatale aux composés chimiques de l’environnement. La Plateforme de recherche MIREC, avec ses échantillons biologiques, ses données de questionnaire et résultats de laboratoire, ses études de suivi et sa biobanque, constitue une ressource précieuse pour la recherche sur les effets possibles de l’exposition prénatale aux composés chimiques de l’environnement. De plus, les résultats de MIREC permettront d’orienter les évaluations de risque pour la santé menées par Santé Canada, pour une gestion plus efficace des risques, tout particulièrement durant la grossesse.