16. Exposition aux métaux et risque de bébé de petit poids dans une cohorte de grossesse canadienne: l’étude MIREC (résumé simplifié)

(Metals exposure and risk of small-for-gestational age birth in a Canadian birth cohort: The MIREC study) Thomas S, Arbuckle TE, Fisher M, Fraser WD, Ettinger AS, King W. Environmental Research. 2015 Jul;140:430-9. doi: 10.1016/j.envres.2015.04.018.

Le plomb, le mercure, le cadmium et l’arsenic sont quelques-uns des métaux les plus répandus dans l’environnement auxquels la population canadienne est exposée. L’effet d’une exposition aux faibles concentrations actuelles de ces métaux sur le petit poids pour l’âge gestationnel ou PAG (équivalent français de small for gestational age ou SGA) de certains nouveau-nés demeure inconnu. Les nouveau-nés de PAG ont un poids moindre que 90 % des nouveau-nés d’un même âge gestationnel.

Dans cette étude, des chercheurs de l’Université Queen’s, en collaboration avec Santé Canada, ont examiné les liens potentiels entre l’exposition au plomb, au mercure, au cadmium et à l’arsenic pendant la grossesse et le risque de mettre au monde un enfant de PAG. Ils ont mesuré les concentrations de ces contaminants environnementaux dans des échantillons de sang prélevés aux premier et troisième trimestres chez 1 835 femmes enceintes de l’étude MIREC. Les taux urinaires d’arsenic du premier trimestre ont également été mesurés. D’autres facteurs importants susceptibles d’influencer les résultats des analyses et de l’étude ont également été pris en compte, notamment l’âge de la mère, la parité, l’indice de masse corporelle (ou IMC, un indicateur du rapport du poids sur le carré de la taille) avant la grossesse et le tabagisme. [La parité désigne ici le nombre de fois qu’une femme a donné naissance. L’âge gestationnel correspond au nombre de semaines de grossesse écoulées entre le premier jour des dernières menstruations de la mère et la date à laquelle l’enfant est né.]

Les chercheurs n’ont découvert aucune association entre les taux de plomb, de cadmium ou d’arsenic dans le sang de la mère et le risque que le nouveau-né soit de petit poids pour son âge gestationnel. Les femmes affichant les taux sanguins de mercure ou les taux urinaires d’arsénobétaine (un métabolite de l’arsenic) les plus élevés présentaient un risque légèrement supérieur (1,6 fois) de mettre au monde un enfant de PAG par rapport à celles dont les taux étaient les moins élevés.

D’autres recherches doivent être menées pour confirmer les associations observées entre ces métaux et le risque de nouveau-nés de PAG. Le risque pour la croissance du fœtus associé à l’exposition au mercure et à l’arsénobétaine présents dans le poisson et les mollusques doit être pesé en regard des bienfaits de la consommation de ces aliments. Les Canadiennes et les Canadiens peuvent réduire leur exposition au mercure, tout en profitant des bienfaits associés à cet aliment, en suivant la « Consigne de consommation » relative au poisson, publiée à l’adresse http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/securit/chem-chim/environ/mercur/merc_fish_qa-poisson_qr-fra.php.