45. Exposition à la fumée du tabac et validation de l’usage du tabac durant la grossesse chez les femmes de la cohorte MIREC (résumé simplifié)

(Exposure to tobacco smoke and validation of smoking status during pregnancy in the MIREC Study) Arbuckle TE, Liang CL, Fisher M, Caron NJ, Fraser WD, the MIREC Study Group. Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology 2018 Jan 3. doi: 10.1038/s41370-017-0011-z.

Tant le tabagisme que l’exposition à la fumée secondaire du tabac pendant la grossesse peuvent entraîner des effets néfastes sur le fœtus en développement, notamment sur les systèmes reproducteur, respiratoire, cardiovasculaire et neurologique. Dans le cadre de l’étude pancanadienne MIREC, les chercheurs ont mesuré la cotinine (un sous-produit de la nicotine) dans le sang de près de 2 000 femmes enceintes, qui constitue une bonne mesure de l’exposition à la fumée du tabac. Des sous-produits de la nicotine ont de plus été mesurés dans le sang de cordon ombilical et les premières selles des nouveau-nés. Les femmes ont par ailleurs rapporté leurs antécédents en matière de tabagisme et leur exposition à la fumée secondaire par le biais de questionnaires.

Interrogées à ce sujet au cours du premier trimestre de leur grossesse, 61 % des femmes ont déclaré n’avoir jamais fumé, 27 % être des ex-fumeuses, 6 % avoir cessé de fumer en apprenant qu’elles étaient enceintes, et environ 6 % être fumeuses. Environ 42 % des non-fumeuses ont déclaré avoir été exposées à la fumée secondaire. Les jeunes femmes, celles moins scolarisées ou à faible revenu familial étaient plus susceptibles de fumer régulièrement ou occasionnellement.

La cotinine a été détectée dans environ 50 % des échantillons de sang des femmes et dans environ 20 % des échantillons de selles des nouveau-nés. Les niveaux de cotinine dans le sang de cordon étaient plus élevés chez les femmes qui fumaient ou avaient été exposées à de la fumée secondaire. Chez les non-fumeuses, les femmes qui vivaient dans un immeuble à logements étaient plus susceptibles de présenter des concentrations détectables de cotinine que les femmes habitant une maison unifamiliale. Toujours chez les non-fumeuses, le type d’habitation n’était par contre pas associé de façon significative aux niveaux de cotinine mesurés dans le sang de cordon de leur bébé.

L’étude a révélé qu’il existait, dans l’ensemble, une bonne concordance entre l’exposition au tabac déclarée par les femmes et les taux de cotinine mesurés dans leur sang. Cependant, les femmes plus âgées, celles qui avaient un niveau de scolarisation ou un revenu familial élevé, et celles nées à l’étranger ont eu tendance à sous-estimer leur exposition au tabac dans les questionnaires.