39. Dioxines/furannes et BPC dans le lait maternel de Canadiennes : 2008-2011 (résumé simplifié)

(Dioxins/furans and PCBs in Canadian human milk: 2008 – 2011) Rawn DFK , Sadler AR, Casey VA, Breton F, Sun WF, Arbuckle TE, Fraser WD. Science of the Total Environment  2017 Oct 1;595:269-278. doi: 10.1016/j.scitotenv.2017.03.157.

Les polychlorodibenzoparadioxines (PCDD), les polychlorodibenzofuranes (PCDF) et les biphényles polychlorés (BPC) sont des polluants organiques persistants (POP) qui s’accumulent dans les milieux environnementaux. Ces polluants font l’objet d’une surveillance mondiale depuis plusieurs décennies. Les PCDD et les PCDF sont pour la plupart des sous-produits d’activités industrielles (incinération des déchets, fonderies, centrales électriques alimentées au charbon, etc.), tandis que les BPC ont été utilisés dans une large gamme de produits, notamment les peintures et les huiles industrielles. Les humains sont exposés à ces contaminants par la consommation d’aliments, en particulier ceux d’origine animale (le poisson, par exemple).

Dans l’étude MIREC, des échantillons de lait ont été recueillis auprès de participantes provenant de 10 villes canadiennes, puis analysés afin de mesurer ces composés persistants. Les échantillons de lait ont été recueillis 2 à 10 semaines après l’accouchement.

Les concentrations de BPC (en parties par milliard) et de PCDD/PCDF (en parties par billion) mesurées dans le lait maternel étaient très faibles. Les concentrations de BPC étaient plus élevées, dans une proportion statistiquement significative, dans le lait des femmes d’origine européenne que dans celui des femmes nées en Amérique du Nord. Des concentrations plus élevées de PCDD/PCDF ont été détectées dans le lait des femmes de plus de 30 ans et de celles qui avaient accouché pour la première fois. Les PCDD/PCDF et les congénères de BPC à activité de type dioxine ont été étudiés pour déterminer leur toxicité relative, et des facteurs équivalents toxiques ont également été mis au point pour eux. Ces facteurs sont utilisés pour déterminer les concentrations d’équivalents toxiques (TEQ) globales. Aucune association n’a été constatée entre le niveau d’éducation ou l’indice de masse corporelle avant la grossesse et les concentrations d’équivalents toxiques (TEQ) détectées dans le lait de la mère.

Les résultats de l’étude montrent que les concentrations globales de BPC et de PCDD/PCDF dans le lait maternel sont en baisse depuis 1992.