37. Facteurs de prédiction à une variable des concentrations de composés chimiques de l’environnement chez la mère: l’étude MIREC (résumé simplifié)

(Univariate predictors of maternal concentrations of environmental chemicals: The MIREC Study) Lewin A, Arbuckle TE, Fisher M, Liang CL, Marro L, Davis K, Abdelouahab N, Fraser WD. International Journal of Hygiene and Environmental Health. 2017 Mar;220(2 Pt A):77-85. doi: 10.1016/j.ijheh.2017.01.001.

Grâce aux progrès technologiques, il est à présent possible de mesurer des concentrations extrêmement faibles de composés chimiques dans les liquides organiques (p. ex., un microgramme par litre ou une partie par milliard de sang). À titre indicatif, une partie par milliard (1 ppb) correspond à environ une goutte d’une substance donnée dans l’équivalant d’une piscine de taille moyenne. Il n’est donc pas inhabituel de déceler de très faibles concentration de divers composés chimiques dans le sang ou l’urine des femmes enceintes.

Cette étude visait à déterminer les diverses caractéristiques des participantes à l’étude MIREC qui sont associées à des taux sanguins ou urinaires plus ou moins élevés de divers composés chimiques. Les participantes ont rempli des questionnaires portant sur certaines de leurs caractéristiques, notamment l’âge, la parité, le pays de naissance, la taille et le poids ainsi que le revenu du ménage. Un large éventail de composés chimiques ont également été mesurés dans le sang et l’urine collectés au premier trimestre de grossesse.

Les résultats ont révélé que divers facteurs sociaux sont associés de façon significative aux concentrations des composés chimiques environnementaux mesurés. Les concentrations de certains de ces composés étaient plus élevées chez les femmes nées à l’étranger, peut-être en raison d’une exposition antérieure hors du Canada, d’habitudes culturelles ou de préférences alimentaires propres au pays d’origine. Les concentrations de certains composés étaient plus faibles chez les femmes qui avaient plus d’un enfant. Certains métaux et polluants organiques persistants étaient quant à eux plus élevés chez les femmes plus âgées, peut-être parce qu’elles étaient nées à une époque où la pollution était plus importante. Les taux de cadmium (un produit chimique présent dans la fumée du tabac) dans le sang et de bisphénol A (BPA) dans l’urine étaient plus élevés chez les fumeuses actives.

Ces résultats montrent que certaines caractéristiques maternelles peuvent être associées aux concentrations de composés chimiques mesurées dans le sang ou l’urine des mères et engendrer une distribution inégale des expositions aux composés chimiques parmi les populations d’un même pays. Ces facteurs doivent être pris en compte dans les évaluations des risques, car ils peuvent influer sur le degré d’exposition et modifier la susceptibilité individuelle aux effets potentiels sur la santé, à cause de différences liées au mode de vie, au régime alimentaire et à l’âge.