33. Exposition maternelle et fœtale au plomb, mercure, cadmium et manganèse: l’étude MIREC (résumé simplifié)

(Maternal and fetal exposure to cadmium, lead, manganese and mercury: the MIREC Study) Arbuckle TE, Liang CL, Morisset AS, Fisher M, Weiler H, Mihai Cirtiu C, Legrand M, Davis K, Ettinger AS, Fraser WD, the MIREC Study Group. Chemosphere. 2016 Nov;163:270-82. doi: 10.1016/j.chemosphere.2016.08.023.

Des concentrations élevées de certains métaux peuvent être nocives pour la santé. Le plomb (Pb) peut être présent dans certains aliments, l’eau potable et des produits manufacturés. Les sources de cadmium (Cd) comprennent les cigarettes et certains aliments. Le mercure (Hg) se retrouve dans certains poissons et les plombages dentaires en argent. Les sources de manganèse (Mn) incluent les suppléments alimentaires et nutritionnels, l’air, l’eau et le sol. Le Mn est un nutriment essentiel au maintien de la santé humaine, en particulier pendant la grossesse. Comme il existe peu de données sur les concentrations de métaux auxquelles les Canadiennes sont exposées pendant la grossesse, cette étude avait pour but de mesurer l’exposition maternelle et fœtale au Pb, Hg, Cd et Mn.

Deux types d’échantillons biologiques peuvent être utilisés pour estimer l’exposition fœtale aux contaminants : le méconium et le sang de cordon ombilical des nouveau-nés. Le méconium, c’est-à-dire les premières selles expulsées par le nouveau-né dans les premiers jours qui suivent sa naissance, est composé des matières que le nourrisson a ingérées dans l’utérus. De son côté, la veine du cordon ombilical relie le fœtus au placenta et transporte le sang jusqu’au fœtus. Le placenta est un organe provisoire qui relie la mère au fœtus et assure le transport de l’oxygène et des nutriments de la mère au fœtus.

Près de 2 000 femmes ont participé à l’étude MIREC de 2008 à 2011. Les métaux à l’étude ont été mesurés dans le sang maternel prélevé au cours des premier et troisième trimestres, dans le sang de cordon à l’accouchement et dans le méconium. Les caractéristiques des participantes (âge, niveau de scolarité, indice de masse corporelle [IMC] avant la grossesse, parité, pays de naissance et usage du tabac de la mère de même que le revenu annuel du ménage) ont été recueillies au moyen de questionnaires. En outre, l’apport en calcium, en fer et en vitamine D a été estimé d’après les aliments et les suppléments nutritionnels que les mères avaient déclaré avoir consommés durant leur grossesse.

Une majorité de femmes présentaient des taux sanguins de Pb, Cd, Mn et Hg total très faibles. Comme c’est couramment le cas, les taux de Mn ont généralement augmenté au cours de la grossesse, et le sang de cordon affichait les taux les plus élevés. Les taux de Pb et de Hg étaient en général plus élevés dans le sang de cordon que dans le sang de la mère. Le Cd a été peu détecté dans le sang de cordon et le méconium, ce qui laisse supposer qu’il passe plus difficilement à travers le placenta. En revanche, les résultats suggèrent que le Pb et le Hg traversent assez facilement le placenta pour atteindre le fœtus.

Les taux sanguin de Cd les plus élevés ont été observés chez les femmes de moins de 25 ans, moins scolarisées (études secondaires complétées ou non), fumeuses actives ou dont le revenu du ménage moins élevé (< 50 000 $). Pour tous ces métaux, les concentrations dans le sang maternel étaient plus élevées chez les femmes nées à l’extérieur du Canada.

Un apport plus élevé en calcium a été associé à des taux plus faibles de Cd, Pb, Mn et Hg dans le sang de la mère et de Pb dans le sang de cordon. De même, un apport plus élevé en vitamine D a été associé à des taux plus faible de Cd, Pb et Mn dans le sang de la mère et de Pb dans le sang du cordon.

Ces résultats suggèrent que la plupart des participantes de l’étude étaient exposées à de faibles concentrations de métaux pendant la grossesse et que certaines femmes, comme les immigrantes et les fumeuses, présentaient des taux légèrement plus élevés de métaux tels que le plomb et le cadmium dans le sang. Les résultats montrent également que certains métaux (p. ex., le plomb et le mercure) peuvent être transférés de la mère au fœtus plus facilement que d’autres (p. ex. le cadmium). En outre, même en présence de faibles taux sanguins de métaux, une augmentation de l’apport en calcium et en vitamine D pendant la grossesse pourrait être associée à des taux moins élevés de plomb et de cadmium dans le sang de la mère et de plomb dans le sang de cordon.