31. Indice de Manning (2D:4D) chez la femme et temps de conception (résumé simplifié)

(Female digit length ratio (2D:4D) and time-to-pregnancy) Vélez MP, Arbuckle TE, Monnier P, Fraser WD. Human Reproduction. 2016 Sep;31(9):2128-34. doi: 10.1093/humrep/dew164.

Certains contaminants environnementaux peuvent avoir un impact sur les hormones dans l’organisme, notamment les celles qui participent à la fécondité et à la santé de la reproduction. Il serait utile, pour aider à déterminer si certaines substances chimiques sont des perturbateurs endocriniens, de disposer d’un paramètre de santé fiable et sensible aux hormones comme marqueur d’un effet potentiel. Le rapport entre la longueur du 2e doigt (index) et celle du 4e (annulaire) (indice de Manning ou 2D:4D) a été proposé comme marqueur potentiel d’une exposition accrue aux androgènes au cours du développement fœtal. L’indice de Manning est généralement plus faible chez l’homme que chez la femme. Les androgènes sont des hormones agissant principalement sur le système reproducteur masculin. Des chercheurs ont suggéré que les taux d’androgènes au cours du développement du fœtus pourraient avoir un impact sur l’indice de Manning et la fécondité. Une façon de mesurer la fécondité d’un couple consiste à demander combien de mois d’essai de fécondation il a fallu pour que la femme devienne enceinte (temps de conception). Cette étude visait à déterminer s’il existait une association entre l’indice de Manning (2D:4D) de la femme et le temps de conception de l’enfant MIREC.

Dans le cadre de l’étude de suivi MIREC-CD Plus, le personnel de l’étude a pris des photos numériques de chacune des mains des participantes. À l’aide de ces images, il a ensuite mesuré la longueur de l’index et de l’annulaire de chaque main, puis calculé pour chacune le rapport de ces deux longueurs (indice de Manning). Environ 700 femmes dans 6 villes canadiennes ont participé à ce volet. L’information sur le temps qu’il a fallu au couple pour concevoir l’enfant MIREC, recueillie dans le cadre de l’étude MIREC, a été comparée à l’indice de Manning.

Aucune association n’a été observée entre l’indice de Manning de la femme et le temps de conception. Cela dit, l’étude comportait certaines limites. En effet, l’étude MIREC ayant porté sur des femmes enceintes, elle excluait naturellement les femmes (ou les couples) infertiles. Peut-être que les femmes infertiles présenteraient des indices de Manning différents. En conclusion, les résultats de cette étude ne permettent pas de confirmer l’existence d’une association entre l’indice de Manning et le temps de conception. L’indice de Manning, utilisé en tant que paramètre de la reproduction, doit faire l’objet d’une évaluation plus poussée avant de pouvoir être recommandé en tant que facteur de prédiction fiable.