30. Concentrations de métaux dans le sang et métalloprotéinases matricielles (MPM) dans le plasma maternel au troisième trimestre de grossesse (résumé simplifié)

(Blood metal levels and third trimester maternal plasma matrix metalloproteinases (MMPs)) Au F, Bielecki A, Blais E, Fisher M, Cakmak S, Basak A, Gomes J, Arbuckle TE, Fraser WD, Vincent R, Kumarathasan P. Chemosphere. 2016 Sep;159:506-15. doi: 10.1016/j.chemosphere.2016.06.011.

Les femmes et leur fœtus en développement peuvent être exposés à différents métaux (c.-à-d. le plomb, le cadmium, le manganèse, le mercure et l’arsenic) susceptibles d’être associés à des effets néfastes sur la santé et à des issues défavorables de la grossesse. Il importe donc de comprendre comment les métaux peuvent affecter la grossesse et la santé du nourrisson. À cette fin, les données de l’étude MIREC ont été utilisées pour étudier l’association entre les concentrations de métaux dans le sang maternel et le profil d’une classe de molécules biologiques appelées métalloprotéinases matricielles dans le sang de ces mères au troisième trimestre de grossesse. Ces molécules sont connues pour jouer un rôle important au cours de la grossesse. Cette analyse a été réalisée à partir des données de 1 533 femmes recrutées dans 10 villes canadiennes entre 2008 et 2011. Des échantillons de sang maternel prélevés au cours du premier et du troisième trimestres ont été analysés pour en déterminer la concentration en plomb, cadmium, manganèse, mercure et arsenic. Une série de molécules biologiques ont également été mesurées dans les échantillons de sang du troisième trimestre. L’information sur la santé des femmes (hypertension artérielle, diabète, antécédents de tabagisme, âge, poids, etc.) a été recueillie pendant la grossesse par l’intermédiaire de questionnaires et d’examens cliniques.

Les résultats suggèrent que, dans le sang maternel, les variations dans la concentration des métaux auraient une incidence sur les concentrations de métalloprotéinases matricielles. Par ailleurs, l’incidence sur les métalloprotéinases matricielles dans le sang maternel varierait selon les différents métaux en présence. Ces résultats aideront à orienter la recherche future qui, espérons-le, mènera à une meilleure compréhension des effets des changements dans les concentrations de molécules biologiques sur la grossesse ou la santé du nourrisson.